SOGET migre sur le cloud Microsoft Azure

microsoft

Les équipes de SOGET viennent de migrer l’intégralité de la plateforme applicative S)ONE France, jusqu’alors hébergée sur ses propres serveurs au Havre, vers le cloud Microsoft Azure.

Il s’agit d’une opération technique majeure pour l’entreprise, qui a impliqué des mois de préparation, et qui embarque SOGET et ses clients dans une nouvelle dimension technologique, où performance applicative rime avec cybersécurité.

SOGET est partenaire gold de Microsoft depuis 2011. Dès lors, les applications développées par l’éditeur — et notamment le PCS S)ONE — l’ont été sur des technologies Microsoft réputées pour leur agilité, leur robustesse et leur performance. Le cloud Microsoft Azure est donc l’environnement le plus adapté pour y installer les logiciels SOGET.

Les ingénieurs de SOGET ont d’ailleurs pu apprécier ses bénéfices en matière de performance, de sécurité et d’agilité via la mise en œuvre, dès 2015 en Jamaïque, du premier PCS « 100 % cloud » au monde. À l’époque, ce sont les risques sismiques et météorologiques locaux qui avaient conduit les équipes SOGET à cet hébergement virtuel. […]

Aujourd’hui, cette migration vers les data centers Microsoft Azure déployés sur le territoire français, va faire gagner les clients de SOGET en efficacité, comme l’explique Hervé Cornède, ‍Président du Directoire de SOGET : « Cette migration nous permet d’optimiser l’utilisation des ressources techniques, humaines et financières pour les recentrer sur des domaines à plus forte valeur ajoutée pour les clients : plus besoin de data center, ni de hardware, ni de virtualisation. Le PCA/PRA, l’administration, la surveillance technique et cybersécurité des infrastructures sont assurées par les équipes Microsoft. Celles des briques applicatives, nécessaires au bon fonctionnement de nos solutions métiers, continuent d’être assurées par nos équipes qui peuvent, dès lors, consacrer plus de temps, à l’amélioration continue de notre PCS S)ONE et des processus métiers de nos clients.» (…)

> Lire le communiqué de presse dans son intégralité