Port autonome d’Abidjan : croissance du trafic en 2021

Le Port autonome d’Abidjan a enregistré une croissance de son trafic en 2021 de 11,7 %, estompant les effets de la pandémie. Les travaux sur le terminal céréalier et le second terminal à conteneurs devraient s’achever en 2022 pour confirmer la position stratégique du port ivoirien.

Avec 28,3 Mt, le Port autonome d’Abidjan a su gommer les effets de la pandémie. Le bon score de 2021 lui permet de reprendre sa courbe ascendante et de gagner 10 % par rapport à 2019.

Une économie en bonne santé

Dans la présentation de leurs résultats, le ministre ivoirien en charge des transports, Amadou Kone, note que la Côte d’Ivoire a réussi à préserver son économie avec une croissance de 6,5 %.

Des trafics tournés vers l’Asie

Ce continent représente 10 Mt, soit 36 % du trafic total. Une part qui augmente chaque année.

La Belgique devant la France

Avec 7,7 Mt, le vieux continent voit sa part de trafic passer de 30,5 % à 27,8 %. La France se place en 6è position derrière la Turquie (2e position), l’Espagne (3e position) et la Belgique (5e position).

Transit : une hausse de 23,8 %

Le trafic en transit est celui qui a le plus progressé au cours des 12 mois de l’an passé, il augmente de 23,8 %. Le trafic national croît de 10,8 %. En fin, le trafic de transbordement continue sa chute entamée depuis 2019, en baisse de 5,8 % par rapport à 2020 et de 21 % par rapport à 2019.

Des baisses sur les transbordements

Le trafic de transbordement du port de commerce a perdu de sa teneur sur les exportations. En effet, celles-ci ont perdu 8,2 % tandis que les importations ont mieux résisté avec une diminution de 1,7 %.

Les produits pétroliers ont mené la croissance

« Cette performance globale est principalement portée par le trafic national, à l’import comme à l’export, qui s’est amélioré de 10,8 % », a indiqué Hien Y. Sié, directeur général du Port autonome d’Abidjan dans la présentation des résultats. Une croissance avant tout portée par la progression des trafics pétroliers. Avec 6,7 Mt, ils augmentent de 6,3 %.

Les marchandises générales dopées par la construction

Le principal courant du trafic destiné à la Côte d’Ivoire se compose des marchandises générales. Ces entrées dans le pays sont surtout composées de matériaux pour la construction comme le clinker, le gypse et les laitiers. Ces produits représentent, en 2021, 5,1 Mt, soit 42 % des importations de marchandises générales. Des flux qui sont en progression de 22,7 % en 2021 en raison de la reprise économique locale.

Baisse des trafics de blé

Le second produit composant ces flux destinés au marché national est le riz, en sac, en vrac et conditionné. En 2021, le PAA a importé moins de blé, qui voit son volume se réduire de 3,4 %.

Exportations : les minerais de manganèse dépassés par le caoutchouc

Après avoir été dominé par les minerais de manganèse, les exportations de marchandises générales sont désormais majoritairement constituées de caoutchouc brut. Une situation due à la baisse de 25 % des flux de manganèse. Autre changement dans la hiérarchie des exportations, les noix de cajou ont dépassé, en 2021, les exportations de fèves de cacao. Ces dernières ont totalisé une baisse de 1,7 % quand les noix de cajou progressent de 25,5 %.

Conteneurs : une progression continue sur trois ans

Le trafic 2021 s’élève à 787 314 EVP, en progression de 3,6 %. Une augmentation continue sur les trois dernières années pour le Port autonome d’Abidjan. Entre 2019 et 2021, ces flux ont enregistré une hausse de 7,7 %. Des trafics qui se composent majoritairement de conteneurs pleins (77 %). Les trafics conteneurisés d’Abidjan entre import et export restent encore déséquilibrés même s’il se réduisent à 74 % en faveur des importations en 2019, ils s’établissent à 65 % en 2021.

Transit : le Burkina Faso garde sa pole position

La position du Port autonome d’Abidjan pour la desserte des pays sans littoral continue de croître. En 2021, les trafics destinés à ces pays sont en progression de 23,8 %. Le Burkina Faso reste le premier pays de destination de ces flux, en progression de 36,6 % en 2021 par rapport à 2020.

Le Mali a préféré la Guinée Conakry

Les volumes ont baissé en 2021. Les opérateurs maliens ont préféré se tourner vers la Guinée Conakry pour leurs approvisionnements.

Des travaux sur le TC2 et le terminal céréalier

L’année 2021 a aussi été marquée par la réalisation des grands travaux de développement des infrastructures : des avancées notables ont été enregistrées sur le second terminal à conteneurs (TC2) et le terminal céréalier. Les deux infrastructures seront livrées et mises en exploitation en 2022.

Un système de transbordement lagunaire pour les minerais

Sur le terminal minéralier, un système de transbordement par barges a pour but de faciliter la manutention des volumes de plus en plus importants de minerais. Au final, cette innovation rendra le secteur minier ivoirien plus compétitif sur le marché international.

Terminal à conteneurs : une inauguration à l’automne

Les travaux sont en cours par le concessionnaire, le groupe Bolloré avec une inauguration du terminal est prévue pour l’automne, selon nos informations.

Avec ses deux terminaux, le Port autonome d’Abidjan peut prétendre jouer un rôle central sans la sous-région.

> Lire l’intégralité de l’article sur Ports et Corridors